Pour une philosophie de la création – Introduction (première partie)

Dans cet essai, j’ai remanié la première partie de l’introduction de mon cours donné à l’Université de Liège, juste à cette adresse, et intitulé “Pour une philosophie de la création”. Les autres séquences suivront. Bonne lecture à vous… et courage ! J’en profite pour remercier une nouvelle fois le Liège Game Lab en vous précisant que les cours de mes collègues sont disponibles sur la chaine Youtube.

Je n’ai pas à cœur de me lancer dans une longue introduction de mon propos. En résumé, je parlerai principalement de deux philosophes, Cornelius Castoriadis et Kostas Axelos. Le second a parlé du jeu, l’autre absolument pas – il me semble qu’on trouve une ou deux occurrences dans ses Carrefours du labyrinthe. Qu’importe, l’objectif n’est pas de réaliser des monographies mais de tisser une réflexion, de réfléchir à cette tension philosophique qui anime le jeu. Sur ce sujet des auteurs comme Eugen Fink ou Gadamer sont essentiels, pourtant ce n’est pas d’eux dont je parlerai. Je pars du pour-soi de Castoriadis afin de mieux comprendre quel rôle peut avoir le jeu dans notre appropriation de la réalité. Ensuite, l’errance planétaire de Kostas Axelos est importante, notamment parce qu’elle permet de rendre compte de cette fluctuation des formes, le passage de l’une à l’autre, mise en tension grâce à, disons-le simplement, du jeu. J’expliquerai distinctement chacun des termes, notamment celui de mimêsis et de monde. On s’essaiera aussi à une expérience de conscientisation…avec une pomme. Continuer la lecture de « Pour une philosophie de la création – Introduction (première partie) »

“Essayez la démocratie”

De toutes les opérations de la raison humaine, nulle n’est plus difficile, nulle plus digne de louange que l’élection : car l’élection est le propre de l’homme qui fait usage de son jugement, et le bon choix est le propre de l’homme prudent – et plus le choix est incertain, plus grande sera la prudence dans l’élection. 

Le Tasse

On ne cite que les meilleurs. C’est un vieil adage qu’on ne peut que regarder ce qui occupe nos horizons et nos verticalités. En somme, ce qui se déploie dans tout l’espace et empêche l’inconnu de se tendre devant nos yeux. C’est en se hissant sur une colline qu’on voit se dresser un peu plus de réalité. On s’est étonné, quoique nous fûmes habitués, à une invective récente sur la démocratie. On s’étonnera moins de savoir qu’elle fût prononcée dans un avion, loin du champ terrestre du politique, plus près en revanche du ciel des Idées. En fait, tout a été probablement dit sur cette phrase, sur quelques mots qui se voulaient aussi percutants que l’est une pierrette dans une chaussure. Ça ne fait pas mal mais c’est gênant, et notre démocratie connait assez de démons et de malfaçons pour que cette phrase rejoigne définitivement les poubelles de l’anecdote. Pourtant, elle est encombrante car elle tend une réalité, une sorte d’horizon mondain – voilà ce qu’est le monde ! Pour le dire autrement, elle fait prendre des vessies pour des lanternes. Continuer la lecture de « “Essayez la démocratie” »

La conscience poétique

J’ai ouvert ce carnet de recherche il y a maintenant un an. Depuis, je suis Docteur en littératures comparées, bien que, dans mon cas, cela s’apparente plutôt à des études comparées. Mythe et jeu vidéo. J’en parlerai à intervalles irréguliers mais vous pouvez d’emblée retrouver un extrait de ma thèse portant sur le procès poétique de Wander, (anti)-héros matriciel de Shadow of the Colossus. Un premier pas dans l’herméneutique ; tentative afin de concilier une philosophie de Paul Ricoeur et le jeu vidéo. Le mythe se trouve là, aussi bien dans les essais ricoeuriens, Du texte à l’action (fascinant d’actualité), que dans la geste de Fumito Ueda. Tout son discours métavidéoludique me rappelle celui d’Aristote, parlant du mythe en tant que création efficace – j’aurai l’occasion de revenir sur ce sujet dans d’autres publications. J’y parlerai aussi de ce que j’appelle (moi parmi tant d’autres) la métaphore vidéoludique, à défaut d’un autre nom. La langue évolue en se confrontant au monde, elle a, en fait, l’épaisseur de la réalité (et non pas du réel, j’y reviendrai) et ce que je nomme là sera nommé ailleurs autrement. Il n’y a aucune univocité dans ma pensée (on me le reproche assez), aucune volonté d’univoque…au plus près d’un bateau ivre. Chacun y trouvera ce qu’il doit y trouver : quand, dans la caverne, on s’empare d’une torche, on sait que quelqu’un est passé-là, sans que je ne suive pourtant le même chemin. Rappelons aussi que la lumière éclaire des choses qui, dans l’obscurité, parlent autant, disent autant. Continuer la lecture de « La conscience poétique »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search