Descendant des statues

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer mon impression concernant des sujets d’actualité. Si je n’ai pas changé d’avis, certaines disputes me paraissent plus intéressantes, moins attachées à l’actuel, plus profondément ancrées dans le temps des sociétés. Je ne rentrerai pas dans le détail de la situation, voyez ici concernant la France, là pour une analyse plus complète, enfin une interview d’Amandine Lauro, historienne belge.

Disons d’emblée que la majorité, sinon la totalité, des statues dégradées détruites ou déboulonnées a bien des choses à se reprocher, et les manifestations auxquelles nous assistons choisissent des cibles précises. Pour le dire autrement, ces statues ne sont pas les objets des plaisirs extatiques d’une “foule haineuse”, bacchantes galvanisées par l’ivresse des Grands Soirs. Ni qu’il faille considérer ces contestations citoyennes comme les exclamations d’une machinerie croquant les cerveaux “d’une République cassée en deux”. Poétiquement, l’eau ne bout pas seulement à la surface et les remous réfléchissent une pensée faite et conçue. Sur ceux qui luttent nous aurions tort de croire qu’ils cherchent des boucs émissaires à une vie laborieuse, proche pour certains de l’insupportable. Tout au contraire, notre pain de ce jour remue les représentations du monde, les vagues qui jadis éclaboussaient commencent à tâcher, l’eau se retire et le sel brûle les plaies. Bref, cette destruction des statues s’inscrit dans la longue et lente déconstruction du pensable, de la machinerie sociale jusqu’au roman national. Descendant des statues donc, puisque notre génération les connaît et les étudie, dévoilant avec violence un passé pudiquement raconté. Celui qui écoute sagement apprend la moitié d’un mensonge, celui qui prête l’oreille sait désormais qu’on lui ment. Continuer la lecture de « Descendant des statues »

Amours mondanisés

Les limites de la pensée coïncident-elles avec celles du monde ?

Aux énigmes incommensurables du vivant, l’homme n’a prêté que sa science dominatrice, et l’improbable ti esti trouve dans l’individu, désormais muet, une réponse finie. L’Eusyn coule entre les doigts du contemplateur, assagi par la panse grotesque que forment ces mondes. À califourchon, chacun contente ses sens. De la nature galopante, il ne retient que les sons charismatiques ; en les entendant se contient toute son humanité. Quelquefois, il dessine, sans créer pourtant. Aussi habile de son pinceau, il produit des jolis bourgeons. Si rien n’est fleur, tout parvient à la mort. Aux amours mondanisés, il fallut se résoudre.

Celui qui voit bien prête aux nuages la pluie fine et douce. Celui qui sait tombe des nues. Celui qui sait dresse sa voilure. Aux mers calmes, il faut préférer les vents tempétueux. Hâtez-vous, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier dressez vos nuées. Cachez sans cesse, sous la brume, sous les voiles, jusqu’à ce que la lumière découvre en vos ombres l’âme de la poésie.

Si l’entropie lui a appris à terrasser le démon théologique, sa condition soigne ses yeux aguerris. Au consumérisme, il jette la première pierre. Mais ce que l’individu prêche, c’est un convaincu, somme toute un imbécile qui a perdu. Son aveuglement le rendrait plus sage : disant savoir qu’il ne sait rien, il ne sait pas être ignorant – se rééduquant aux mondes, traversant la lumière éblouissante que produisent ses yeux à lui-même.

Celui qui voit bien prête aux nuages la pluie fine et douce. Celui qui sait tombe des nues. Celui qui sait dresse sa voilure. Aux mers calmes, il faut préférer les vents tempétueux. Hâtez-vous, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier dressez vos nuées. Cachez sans cesse, sous la brume, sous les voiles, jusqu’à ce que la lumière découvre en vos ombres l’âme de la poésie.

Qui del mondo è la mèta :

Qui si termina il tutto, e qui s’ammira

Il miracolo eterno di Stagira.

Ici tout se termine, ici on admire le miracle éternel de Stagire.

Rappelle-toi Étranger, son cosmos tient sur quelques étagères. Rappelle-toi Étranger, tu portes en toi le monde des nuées.

Pour un projet d’autonomie

Nous touchons certainement à une question importante : une vague de déstructuration ne doit pas s’apparenter à une déconstruction ou à une destruction. Partons de ce postulat, somme toute assez banal : l’animal le plus politique qu’est l’homme se réunit en communautés puis en sociétés, on entend ça depuis Homère, depuis la polis qui “pose la norme du développement des citoyens individuels” (Castoriadis, Carrefours du labyrinthe t. 2, p. 169). Il s’organise et va construire un monde sensible et intelligible, disons pensable, et qui a, de cette manière, une emprise apparente sur le réel.  Pour le dire autrement, il va aussi bien mettre en place des structures physiques – des murailles pour délimiter un espace vital – et symboliques – la liberté, l’égalité, un drapeau bleu chargé à blanc – afin de survivre et vivre ensemble le mieux possible, disons ici la “bonne vie” (eudamonia). On parlerait, avec Castoriadis, d’une “circulation intégrale et ininterrompue entre un “réel” et un “rationnel fonctionnel”” (L’institution imaginaire de la société, p. 173). Continuer la lecture de « Pour un projet d’autonomie »

“Essayez la démocratie”

De toutes les opérations de la raison humaine, nulle n’est plus difficile, nulle plus digne de louange que l’élection : car l’élection est le propre de l’homme qui fait usage de son jugement, et le bon choix est le propre de l’homme prudent – et plus le choix est incertain, plus grande sera la prudence dans l’élection. 

Le Tasse

On ne cite que les meilleurs. C’est un vieil adage qu’on ne peut que regarder ce qui occupe nos horizons et nos verticalités. En somme, ce qui se déploie dans tout l’espace et empêche l’inconnu de se tendre devant nos yeux. C’est en se hissant sur une colline qu’on voit se dresser un peu plus de réalité. On s’est étonné, quoique nous fûmes habitués, à une invective récente sur la démocratie. On s’étonnera moins de savoir qu’elle fût prononcée dans un avion, loin du champ terrestre du politique, plus près en revanche du ciel des Idées. En fait, tout a été probablement dit sur cette phrase, sur quelques mots qui se voulaient aussi percutants que l’est une pierrette dans une chaussure. Ça ne fait pas mal mais c’est gênant, et notre démocratie connait assez de démons et de malfaçons pour que cette phrase rejoigne définitivement les poubelles de l’anecdote. Pourtant, elle est encombrante car elle tend une réalité, une sorte d’horizon mondain – voilà ce qu’est le monde ! Pour le dire autrement, elle fait prendre des vessies pour des lanternes. Continuer la lecture de « “Essayez la démocratie” »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search