Amours pamphilaires

Adieu, Laurin, mais dis-moi,

Quels sont donc ces titres ?

Aurais-tu oublié mon nom ?

Moi je m’appelle Sauvage

Ça cogne, ça gratte, ça gruge.

Hasard étrange de la littérature, le premier poète en devint le dernier : le Garant de cette confabulation de concepts et d’harmonieuses corrélations. Sur ces vers soufflaient les pointes, variaient d’ici-de-là les songes de la poésie.

Trottant sur quelques nuages, j’étais abordé par l’ennui, pointe creuse de mon imagination. Quand il me trouvait, mes doigts faisaient comme sur des raisins écrasés dont le jus purule jusqu’à donner des allégresses. Je tatillonnais pour trouver les bonnes formes – à la potence ! L’imagination emporte tout et la création se nourrit du désordre, béance maladroite où les amours pamphilaires heurtent les deltoïdes.

Bref, ça cogne, ça gratte, ça gruge.

Dans les angoisses de la poésie l’abîme fait une grande fenêtre dont la roche est une rambarde glissante. Les mains s’agrippent et se brisent, sacrifice de la chair pour apercevoir le vide. Là, les gouffres ne sont que les fonds d’autres abysses et, à force de tomber, nous nous imaginons voler jusqu’aux astres errants. Jusqu’où les yeux désormais aveugles deviennent les cavités buccales de l’imaginaire. Voilà qu’il faut chuter jusqu’aux planètes, terre-plein de ciel.

Bref, ça cogne, ça gratte, ça gruge.

L’imagination s’enflamme au gaz d’échappement, aux échappés lunaires entre les quatre murs d’une chambre close. Là se trouve cette chaleur de l’esprit, qui ronge jusqu’aux métaux lourds, jusqu’à laine des toits et aux bois marquetés des illusions retrouvées. Voilà que la suie recouvre les rêveurs.   

Bref, ça cogne, ça gratte, ça gruge.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search