Pour une philosophie de la création – Introduction (première partie)

Dans cet essai, j’ai remanié la première partie de l’introduction de mon cours donné à l’Université de Liège, juste à cette adresse, et intitulé “Pour une philosophie de la création”. Les autres séquences suivront. Bonne lecture à vous… et courage ! J’en profite pour remercier une nouvelle fois le Liège Game Lab en vous précisant que les cours de mes collègues sont disponibles sur la chaine Youtube.

Je n’ai pas à cœur de me lancer dans une longue introduction de mon propos. En résumé, je parlerai principalement de deux philosophes, Cornelius Castoriadis et Kostas Axelos. Le second a parlé du jeu, l’autre absolument pas – il me semble qu’on trouve une ou deux occurrences dans ses Carrefours du labyrinthe. Qu’importe, l’objectif n’est pas de réaliser des monographies mais de tisser une réflexion, de réfléchir à cette tension philosophique qui anime le jeu. Sur ce sujet des auteurs comme Eugen Fink ou Gadamer sont essentiels, pourtant ce n’est pas d’eux dont je parlerai. Je pars du pour-soi de Castoriadis afin de mieux comprendre quel rôle peut avoir le jeu dans notre appropriation de la réalité. Ensuite, l’errance planétaire de Kostas Axelos est importante, notamment parce qu’elle permet de rendre compte de cette fluctuation des formes, le passage de l’une à l’autre, mise en tension grâce à, disons-le simplement, du jeu. J’expliquerai distinctement chacun des termes, notamment celui de mimêsis et de monde. On s’essaiera aussi à une expérience de conscientisation…avec une pomme. Continuer la lecture de « Pour une philosophie de la création – Introduction (première partie) »

Amours mondanisés

Les limites de la pensée coïncident-elles avec celles du monde ?

Aux énigmes incommensurables du vivant, l’homme n’a prêté que sa science dominatrice, et l’improbable ti esti trouve dans l’individu, désormais muet, une réponse finie. L’Eusyn coule entre les doigts du contemplateur, assagi par la panse grotesque que forment ces mondes. À califourchon, chacun contente ses sens. De la nature galopante, il ne retient que les sons charismatiques ; en les entendant se contient toute son humanité. Quelquefois, il dessine, sans créer pourtant. Aussi habile de son pinceau, il produit des jolis bourgeons. Si rien n’est fleur, tout parvient à la mort. Aux amours mondanisés, il fallut se résoudre.

Celui qui voit bien prête aux nuages la pluie fine et douce. Celui qui sait tombe des nues. Celui qui sait dresse sa voilure. Aux mers calmes, il faut préférer les vents tempétueux. Hâtez-vous, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier dressez vos nuées. Cachez sans cesse, sous la brume, sous les voiles, jusqu’à ce que la lumière découvre en vos ombres l’âme de la poésie.

Si l’entropie lui a appris à terrasser le démon théologique, sa condition soigne ses yeux aguerris. Au consumérisme, il jette la première pierre. Mais ce que l’individu prêche, c’est un convaincu, somme toute un imbécile qui a perdu. Son aveuglement le rendrait plus sage : disant savoir qu’il ne sait rien, il ne sait pas être ignorant – se rééduquant aux mondes, traversant la lumière éblouissante que produisent ses yeux à lui-même.

Celui qui voit bien prête aux nuages la pluie fine et douce. Celui qui sait tombe des nues. Celui qui sait dresse sa voilure. Aux mers calmes, il faut préférer les vents tempétueux. Hâtez-vous, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier dressez vos nuées. Cachez sans cesse, sous la brume, sous les voiles, jusqu’à ce que la lumière découvre en vos ombres l’âme de la poésie.

Qui del mondo è la mèta :

Qui si termina il tutto, e qui s’ammira

Il miracolo eterno di Stagira.

Ici tout se termine, ici on admire le miracle éternel de Stagire.

Rappelle-toi Étranger, son cosmos tient sur quelques étagères. Rappelle-toi Étranger, tu portes en toi le monde des nuées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search