Bon sang, qu’est-ce que c’est la poésie ? (1)

Tout commence par la poésie. Tout doit commencer par une première parole. Celui qui, devenu homme, se lève, regarde le ciel et laisse sa porter sa voix.

  • S. : Nous avons fort à faire, aujourd’hui. Tu me parlais, il y a quelques jours, de proverbes et de poésie.
  • A. : Tu te hâtes, tu me disais, d’abord, que rien ne t’enchante plus que les bons mots. Commençons par là.
  • S. : Je te redis la même : j’apprécie les mots, bien placés, ceux qui sont dits au bon endroit et au bon moment.
  • A. : Ça oui, mais tu mélanges la composition et les figures. Ce que tu aimes est la rhétorique, la grenade verbale.
  • S. : Comment appelles-tu ça ?

Continuer la lecture de « Bon sang, qu’est-ce que c’est la poésie ? (1) »

Pour un porc

On dit souvent que la recherche universitaire est boiteuse, comme ces porcs que l’on traîne dans un abattoir. L’air empeste la crainte, une peur cachée sous l’étendard de l’intelligence. Les porcs livrent un dernier conflit avant la guillotine, ils déblatèrent avant de mourir, ils crient fort. Certains essayent de pactiser avec les bourreaux, d’autres sont plus robustes et il est sage de les parquer plus loin ; il faut deux piqures pour les anesthésier. On goinfre ceux qui parlent trop. Mais tous, dans un concert glouton, cherchent à s’entretuer ; ils ne se battent pas ensemble, ils survendent le plus portant, le plus offrant. Les porcs ne sont pas boiteux, ils avancent d’un pied ferme vers l’abattoir. Chacun à sa manière, chacun se livrant à la plus belle des danses. Au royaume des gorets, la révolte est prohibée ; on se soumet à une mort lente et indolore. Au paradis des porcs, on se demande parfois à quoi ressemble l’Enfer.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search