Amours

Rotterdam, au macadam qui brûlent les lèvres et les reins, au creux de ses cheveux châtains on devine l’amour et l’or. Rotterdam, qui clame la liberté du bon ton, le bon accord des mains et du reste. Rotterdam, au Érasme des vies vécues et des morts suspendues. Ça peste dans les grelots, les rires se retournent jusqu’à langue, la bouche avale et crame. Rotterdam, ça se réclame à moi, se détend jusqu’à la lune aveugle, perce jusqu’aux draps les ruptures des os. Voilà la dame, le gang et le boomerang.

Rotterdam, au macadam qui brûlent les lèvres et les reins, à la fin ça se tient, au bout d’un fil je ressuscite. Rotterdam, ça se traîne jusqu’au petit matin, ça se danse au chapeau et à la plume. Rotterdam, ça dérape, ça grince et ça jure, goddam. Entrevue avec soi-même, les rasoirs du monde, ça raille sur la peau, ça glisse et ça troue, ça laisse des marques, ça crache du macadam, des notes crasses et des coups bleus-sangs. Quand ça frappe, voilà la dame, le gang et le boomerang.