Délimiter

Terre à terre, la mer confronte le ciel.

Le tour de la roue fait-il un détour ? La roue tourne-t-elle sur la route, ou la route tourne-t-elle autour de la roue ? Qui tourne autour de la roue. Elle marche et écrase à la même cadence.

Qui a vu la nuit verra. Rebâtir son édifice sombre, de la même peinture que ses étoiles que nous ne voyons pas. Creuser les sillons entre les planètes. Si la nuit s’endort, quand dormons-nous ? nous nous éveillons quand nous décidons que le jour commence, s’il commence la nuit nous nous éveillons quand elle s’éteint.

Le dernier d’entre nous tourne-t-il plus vite autour de la Terre ? voit-il des continents amarrés à la mer ou cette immense Pangée ? marche-t-il jusqu’à savoir, est-il la fin de la route ou le début de sa nostalgie ?

L’imagination borne les frontières et les mondes imaginaires sont transgressifs, ils délimitent l’Inconnu, je ne sais pas que je ne sais pas. Il faut percer l’illusion, en créer une nouvelle. Qui a vu la nuit verra. L’imagination s’agenouille devant la science car l’une doit regarder en l’autre. Elle s’affirme dans l’incandescence nécessaire du concept. Faut-il qu’il brûle pour laisser des cendres ? La science est le limon, l’imagination sa terre retournée. Le sol se remue et les frontières apparaissent. Il suffit alors d’imaginer.

Il faut obéir à sa désobéissance, à qui désobéit-on, à la désobéissance ?

Première impression de la Terre : j’y suis arrivé la nuit.