Pour un projet d’autonomie

Nous touchons certainement à une question importante : une vague de déstructuration ne doit pas s’apparenter à une déconstruction ou à une destruction. Partons de ce postulat, somme toute assez banal : l’animal le plus politique qu’est l’homme se réunit en communautés puis en sociétés, on entend ça depuis Homère, depuis la polis qui “pose la norme du développement des citoyens individuels” (Castoriadis, Carrefours du labyrinthe t. 2, p. 169). Il s’organise et va construire un monde sensible et intelligible, disons pensable, et qui a, de cette manière, une emprise apparente sur le réel.  Pour le dire autrement, il va aussi bien mettre en place des structures physiques – des murailles pour délimiter un espace vital – et symboliques – la liberté, l’égalité, un drapeau bleu chargé à blanc – afin de survivre et vivre ensemble le mieux possible, disons ici la “bonne vie” (eudamonia). On parlerait, avec Castoriadis, d’une “circulation intégrale et ininterrompue entre un “réel” et un “rationnel fonctionnel”” (L’institution imaginaire de la société, p. 173). Continuer la lecture de « Pour un projet d’autonomie »

Le labyrinthe vidéoludique, habiter en tant que poète

Paru dans les actes du colloque Loxias “Traverser l’espace”

Résumé

Il s’agit d’interroger la structure territoriale et narrative des jeux vidéo au regard de ce que sont les labyrinthes, c’est-à-dire des espaces clos qui deviennent le lieu de voyage du héros. L’équivocité du dédale permet d’interroger le jeu vidéo comme étant une fabrique de sens, l’aletheia – la révélation chez les Grecs – devient un mensonge disant le vrai, une phantasia qui suscite aussi bien le plaisir que l’interrogation. Le labyrinthe vidéoludique produit l’étonnement et se donne comme une énigme à résoudre. Dans un deuxième temps, nous questionnons le rapport du personnage-joueur au territoire, à la manière dont Heidegger explicite Hölderlin. En habitant, par la mesure, le labyrinthe, le joueur ne se contente plus d’un rôle de spectateur, il devient un poète-artisan, le poète-fondateur de son propre dédale. Continuer la lecture de « Le labyrinthe vidéoludique, habiter en tant que poète »

Amours dentaculaires

Vidi il maestro di color che sanno

Quand se déclencha ce qu’il était commun d’appeler l’érection du monde, son imagination se souvint. Déjà-là, prêt à nommer ce qu’il pressentait, jusque dans la moelle de la vie elle-même. Sa confabulation fonda une matière étonnante, mélange d’une terre profonde, de ses limons sages et de ses vents qui portent vers l’inconnu et l’incréé.