Lettres de Bastelicaccia

Il est un petit jardin, jeté-là sous un coin de soleil. Il plie sous le poids des pierres, à quelques endroits on croit entendre la terre qui gémit de naître. Sous le tuf les vers batifolent, ils font comme des étangs de matière noire ; les voilà qui se grattent aux chiendents, ô les saints gourmets de la terre. Les fruits y poussent mal, on se plaint souvent des salades à moitié croquées. Il est un petit jardin, jeté-là sous un coin de soleil, où les dents-de-lion envahissent les sillons abandonnés. On y plante quelques graines, sans s’y croire, entre les doigts d’une main qui s’espère plus verte que celle de ses ancêtres. Rien n’y pousse, que l’humeur du jardinier, de l’immortelle jaunie à la menthe, la soif au cœur.

Chaque printemps on attend les abeilles, au bon espoir renouvelé. Chaque printemps, le jardinier s’habille des odeurs du monde clos. Chaque automne, il abandonne ses rêves à l’eau qui ravine sur les haricots hilares. Chaque hiver, il plante sur les comètes, les rêves pleins des aubergines grillées sous les midis cuisants, les yeux allumés tantôt par les braises, tantôt par un Meursault blanc. Rien ne pousse dans la gadoue, voilà qu’il dit à son voisin ; ça tache les godasses, ça fout le bourdon, de la gadoue à s’essuyer sur les oreilles-de-cochon.

Il est un petit jardin, jeté-là sous un coin de soleil. On y pénètre par effraction. La nuit ci-gît dans la rosée, quand les parfums chuchotent au nez du voleur des matins calmes. Le chat rumine l’estornel manqué, il va se vengeant, vengeresses griffures aux dos des oliviers sereins. La nature est ce monde, on y compte les fleurs des fraisiers, on s’enorgueillit des courgettes bien dotées, on peste sur la nepita rabougrie. On patiente devant les bourgeons, on se pourlèche devant les humeurs des plantes. Les cent pas du jardinier, mais les secondes s’écoulent des encriers verts, car au petit jardin clos, les aubergines font des conciliabules ; elles chantent les égarements du malheureux jardignole, bien naïf qui croit prendre aux légumes ce qu’ils ne donnent jamais.  

 Il est un petit jardin, jeté-là sous un coin de soleil.

Descendant des statues

J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer mon impression concernant des sujets d’actualité. Si je n’ai pas changé d’avis, certaines disputes me paraissent plus intéressantes, moins attachées à l’actuel, plus profondément ancrées dans le temps des sociétés. Je ne rentrerai pas dans le détail de la situation, voyez ici concernant la France, là pour une analyse plus complète, enfin une interview d’Amandine Lauro, historienne belge.

Disons d’emblée que la majorité, sinon la totalité, des statues dégradées détruites ou déboulonnées a bien des choses à se reprocher, et les manifestations auxquelles nous assistons choisissent des cibles précises. Pour le dire autrement, ces statues ne sont pas les objets des plaisirs extatiques d’une “foule haineuse”, bacchantes galvanisées par l’ivresse des Grands Soirs. Ni qu’il faille considérer ces contestations citoyennes comme les exclamations d’une machinerie croquant les cerveaux “d’une République cassée en deux”. Poétiquement, l’eau ne bout pas seulement à la surface et les remous réfléchissent une pensée faite et conçue. Sur ceux qui luttent nous aurions tort de croire qu’ils cherchent des boucs émissaires à une vie laborieuse, proche pour certains de l’insupportable. Tout au contraire, notre pain de ce jour remue les représentations du monde, les vagues qui jadis éclaboussaient commencent à tâcher, l’eau se retire et le sel brûle les plaies. Bref, cette destruction des statues s’inscrit dans la longue et lente déconstruction du pensable, de la machinerie sociale jusqu’au roman national. Descendant des statues donc, puisque notre génération les connaît et les étudie, dévoilant avec violence un passé pudiquement raconté. Celui qui écoute sagement apprend la moitié d’un mensonge, celui qui prête l’oreille sait désormais qu’on lui ment. Continuer la lecture de « Descendant des statues »

Le jeu vidéo, une herméneutique en acte

Les 14 et 15 janvier 2021 à l’Université de Liège.

Appel pour le 5 juillet 2020

« Qu’est-ce qu’un jeu vidéo ? » : cette interrogation, par référence à l’essai de Paul Ricoeur intitulé « qu’est-ce qu’un texte ? » (Ricoeur, 1986), invite à penser le jeu vidéo en tant que poiêsis, une construction « littéraire » faite pour être donnée à comprendre et à interpréter activement. Si l’œuvre vidéoludique ouvre vers un questionnement, il s’agirait de répondre sur le mode dynamique de la fiction et non par une élucidation qui figerait le sens une fois pour toutes.

La tradition poétique et mythographique ancienne considère la production de sens comme une stratification continue de formes et de figures qui sont toujours à interpréter, comme un ciel voilé de nuages cache la lumière du soleil qui pourtant ne cesse de briller (Pétrarque). Mais si les sens cachés par un esprit concepteur demandent toujours à être interprétés ils n’en demeurent pas moins multiples, indéfinis et ouverts. Et cette polysémie permet à la fois de les actualiser et de les appliquer à tous les champs du savoir ou de l’action pratique.

En considérant le jeu vidéo comme une actualisation de l’ancienne tradition herméneutique, nous proposons de « dévoiler » ce que retient le jeu vidéo de cet héritage : par exemple, le gameplay (Ian Bogost, 2010) rompt-il cette stratification de sens ou, au contraire, construit-il une nouvelle couche de significations, à la manière de Fumito Ueda dans Ico (2001) ? Beaucoup d’auteurs l’ont démontré : la création vidéoludique est toujours politique, du fait de son existence à l’intérieur d’une communauté (polis), c’est-à-dire qu’elle convoque nécessairement des imaginaires socialisés et institués (Castoriadis, 1975). Le dévoilement du sens caché à l’intérieur d’une œuvre (Cayatte, 2016) permet d’en montrer toute la force d’impact sur l’individu (Castoriadis, 2002). Si la création médiatique peut combattre les imaginaires d’une société, elle peut aussi les vérifier et les densifier, tendant ainsi à les rendre ou nécessaires ou contingents (AristoteÉthique à Nicomaque).

Au premier abord, il s’agit bien de considérer cette science de l’interprétation comme faisant la synthèse de toutes les modalités du jeu vidéo, qu’elles soient narratives ou ludiques. Néanmoins, cette herméneutique est-elle seulement dialectique, quand elle met en correspondance game et play, ou paradigmatique ? Si elle s’appuie toujours sur les enjeux narratologiques et ludologiques, elle les dépasse afin de se donner une forme propre, sur le mode du symbole (Fink, 1960) ou de l’allégorie (Möring, 2013).

Toutefois, cette « spirale herméneutique » (Arsenault, 2011) n’est jamais une obligation pour le joueur, et nous devons nous demander si l’herméneute doit être considéré plutôt comme une excroissance de l’interacteur ou comme une entité à part, à qui il revient de faire somme et de composer une « texture » interprétative à partir des différents aspects du jeu. Une série de questions s’impose : joue-t-il, est-il joué par son activité ludique, se joue-t-il précisément du jeu ? Allant ainsi jusqu’à l’aporie : peut-on interpréter sans être joueur, sinon sans jouer ? Finalement, les machinima ou les montages cinématographiques de jeux vidéo déplacent-ils la question interprétative vers un autre format, sont-ils plutôt le chaînon manquant de cette équivocité et ambigüité inhérente à la nature de toute œuvre d’art ?

Ces différents problèmes peuvent finalement se réduire aux trois catégories fondamentales de la recherche de sens aristotélicienne : le quoi, le comment et le pourquoi :

  • Le quoi : tous les jeux vidéo appellent-ils un acte herméneutique ? Si la réponse paraît évidente, elle s’imbrique dans une réflexion plus large en game studies. De quelles méthodes usent les chercheurs eux-mêmes pour composer un corpus de jeux vidéo ? en privilégiant un genre ou sous-genre, un game director ou un studio (considérant ici une continuité artistique ou un modèle de création), des mécanismes, des idéologies ? ou encore par période historique ou par récits typiques (Le Voyage du Héros de Joseph Campbell) ?   
  • Le comment : Quelles sont les modalités à privilégier dans l’interprétation d’une œuvre (images, sons, textes, dialogues, concept arts, esthétique) et comment les concilier afin de développer des correspondances ? Comment les grammaires vidéoludique, cinématographique ou littéraire se conjuguent-elles afin de mieux comprendre et analyser une œuvre ? Enfin, à l’heure où les jeux vidéo inventent des espaces virtuels dont la densité d’appropriation appartient aux joueurs et joueuses, particulièrement dans le cas des mondes ouverts ou d’un gameplay systémique, comment parvient-on à appréhender ces jeux sans fin ?
  • Le pourquoi : quel est l’intérêt et la finalité (telos) d’un commentaire ou d’une exégèse, qu’en faire, notamment dans une démarche qui dépasse la création pour aller vers une interrogation philosophique ou politique ? Les pratiques herméneutiques de la première modernité, telles que la mythographie et la tradition conceptiste, peuvent-elles aider à comprendre les enjeux et les fins de l’herméneutique vidéoludiques ?

Chacun, et chacune, comprendra que seul un travail d’équipe interdisciplinaire peut permettre de tisser une toile plus large autour de ce que pourrait être une nouvelle science de l’interprétation, réévaluée à travers la pratique vidéoludique. Si le jeu vidéo est l’objet de cette recherche, la visée serait une nouvelle approche de la philosophie de la création, ayant pour finalité de repenser le monde dans son environnement tout en reconnectant les manières de penser et d’agir au présent avec celles du passé.

*

Le colloque se tiendra le 14 et 15 janvier 2021 à l’Université de Liège. Les communications dureront une vingtaine de minutes mais un temps plus long peut être accordé dans le cas de formats particuliers. Les frais de déplacement et d’hébergement des intervenants ne pourront pas être pris en charge.

Les propositions de communication d’environ 400 mots devront être envoyées avant le 5 juillet 2020, et seront accompagnées d’une courte bio-bibliographie du proposant.

Elle seront envoyées à l’adresse suivante : paulantoinecolombani@gmail.com.

Pour un projet d’autonomie

Nous touchons certainement à une question importante : une vague de déstructuration ne doit pas s’apparenter à une déconstruction ou à une destruction. Partons de ce postulat, somme toute assez banal : l’animal le plus politique qu’est l’homme se réunit en communautés puis en sociétés, on entend ça depuis Homère, depuis la polis qui “pose la norme du développement des citoyens individuels” (Castoriadis, Carrefours du labyrinthe t. 2, p. 169). Il s’organise et va construire un monde sensible et intelligible, disons pensable, et qui a, de cette manière, une emprise apparente sur le réel.  Pour le dire autrement, il va aussi bien mettre en place des structures physiques – des murailles pour délimiter un espace vital – et symboliques – la liberté, l’égalité, un drapeau bleu chargé à blanc – afin de survivre et vivre ensemble le mieux possible, disons ici la “bonne vie” (eudamonia). On parlerait, avec Castoriadis, d’une “circulation intégrale et ininterrompue entre un “réel” et un “rationnel fonctionnel”” (L’institution imaginaire de la société, p. 173). Continuer la lecture de « Pour un projet d’autonomie »

“Essayez la démocratie”

De toutes les opérations de la raison humaine, nulle n’est plus difficile, nulle plus digne de louange que l’élection : car l’élection est le propre de l’homme qui fait usage de son jugement, et le bon choix est le propre de l’homme prudent – et plus le choix est incertain, plus grande sera la prudence dans l’élection. 

Le Tasse

On ne cite que les meilleurs. C’est un vieil adage qu’on ne peut que regarder ce qui occupe nos horizons et nos verticalités. En somme, ce qui se déploie dans tout l’espace et empêche l’inconnu de se tendre devant nos yeux. C’est en se hissant sur une colline qu’on voit se dresser un peu plus de réalité. On s’est étonné, quoique nous fûmes habitués, à une invective récente sur la démocratie. On s’étonnera moins de savoir qu’elle fût prononcée dans un avion, loin du champ terrestre du politique, plus près en revanche du ciel des Idées. En fait, tout a été probablement dit sur cette phrase, sur quelques mots qui se voulaient aussi percutants que l’est une pierrette dans une chaussure. Ça ne fait pas mal mais c’est gênant, et notre démocratie connait assez de démons et de malfaçons pour que cette phrase rejoigne définitivement les poubelles de l’anecdote. Pourtant, elle est encombrante car elle tend une réalité, une sorte d’horizon mondain – voilà ce qu’est le monde ! Pour le dire autrement, elle fait prendre des vessies pour des lanternes. Continuer la lecture de « “Essayez la démocratie” »

Interview – Osmosis

Je remercie l’équipe d’Osmosis pour ces questions. Le blog est disponible à cette adresse : http://blogsmosis.fr/.

  • Pourquoi l’Antiquité est si spéciale ?

Il me semble que l’Antiquité grecque doit agir comme un miroir pour nous, je dis bien « doit agir » parce que je ne sais pas si c’est encore le cas actuellement. Il convient de repratiquer la comparaison, soit avec des peuples plus anciens – les Grecs, notamment – soit avec tout ce qu’on pourrait appeler l’ailleurs et l’étrange. L’étrange c’est ce qu’on porte en nous, et qui nous différencie, participe de notre autonomie. Un membre de votre famille n’est pas un étranger, en revanche il peut porter en lui quelque chose de l’ordre de l’étrange, il porte des possibles en puissance. C’est exactement la même chose avec les Grecs et plus largement avec la conception qu’on peut avoir de l’autre, pas uniquement de manière anthropologique mais plus largement dans le rapport avec une altérité artistique. Ce qui définit l’art, c’est sa capacité à bâtir de l’étrange. On pourrait parler des actes de création qui façonnent une identité et une authenticité humaine. Or, cette conception doit nous amener à pratiquer, et les Anciens le font particulièrement, une dissemblance. Je renvoie notamment à ce que dit Sophie Klimis dans Le mythe tragique qui est une étude de la mimêsis aristotélicienne, où la connaissance vient du mythe, on pourrait déjà parler de science poétique, ce que je retrouve dans le discours de Gabriel Garcia Marquez pour l’obtention du Nobel. Continuer la lecture de « Interview – Osmosis »

Avant-propos

Soyez la bienvenue ! Dans ce carnet de recherche, vous suivrez les pérégrinations d’un chercheur, principalement mes réflexions autour des enjeux poétiques et philosophiques du jeu vidéo, les relations entre le mythe et notre medium de référence. J’y aborderai, notamment, la question de la création efficace, du labyrinthe ou de l’errance. Quelques billets politiques, des sautes d’humeur, des confidences et des propositions poétiques émailleront ce papier blanc. N’hésitez pas à vous perdre, vous n’y trouverez que ce qu’il y a dans une bouteille d’encre.