Pour un porc

On dit souvent que la recherche universitaire est boiteuse, comme ces porcs que l’on traîne dans un abattoir. L’air empeste la crainte, une peur cachée sous l’étendard de l’intelligence. Les porcs livrent un dernier conflit avant la guillotine, ils déblatèrent avant de mourir, ils crient fort. Certains essayent de pactiser avec les bourreaux, d’autres sont plus robustes et il est sage de les parquer plus loin ; il faut deux piqures pour les anesthésier. On goinfre ceux qui parlent trop. Mais tous, dans un concert glouton, cherchent à s’entretuer ; ils ne se battent pas ensemble, ils survendent le plus portant, le plus offrant. Les porcs ne sont pas boiteux, ils avancent d’un pied ferme vers l’abattoir. Chacun à sa manière, chacun se livrant à la plus belle des danses. Au royaume des gorets, la révolte est prohibée ; on se soumet à une mort lente et indolore. Au paradis des porcs, on se demande parfois à quoi ressemble l’Enfer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search