Amours célestaires

J’ai vieilli : la raideur des doigts parcourt l’échine du papier. Las – il y a ici plus de passif que d’avenir. Les brûlots illuminent ma colline, là où se dévoile la longue éternité d’or. Est-ce donc cela ? tant de montres cassées, réduites à l’état de liquide. Elles fondent, elles s’écoulent. Est-ce cela, le garde-temps ?

Ces fragments ne font pas une constellation. Quelqu’un tisse des traits.

Le Roi-Prophète, celui qui entrevoit ceux qui, au-delà des vents, attendent le passé. Il serre de sa main l’orage des aubes, la culbute des secondes qui frappent, cassent et mordent. Je vis – je meurs – je recommence.

Que fallait-il attendre de ce dandy aux rides bosselées, du calvaire d’être Beau Brummel ? Jugeant ceux qui colmatent les paragraphes à l’encre de feu. Des autodafés à l’hôtel des cendres. J’allais vers les champs de sables, mes amours célestaires espérant des météores. Ils s’écrasent sur des ponts bizarres, cette danse qui joue, de la terre graphein, jusqu’au va-nu pieds des nuages.

Ces fragments ne font pas une constellation. Quelqu’un, là, tire des traits.

Il fallait être Ulysse, à la voix habile. Il fallait être Athéna, sa voix de méduse. Il fallait être homme pour transgresser les hurlements rapides de la mer. L’homme est chaos, lui l’ordonnateur. Il fallait être l’amour célestaire. Une ridule, des paumes au cœur. Je vis – je meurs – je recommence.

La plume hachure les mots. Le Roi-Prophète, celui qui entrevoit le retour éternel du même, ceux qui, sur ma colline, lorgnent le passé. Sagement, d’une poésie-matière-du-monde, les voyants s’achoppent aux rivages des Syrtes. Au rêve éveillé, de voir la grammaire tisser une tapisserie, il fallut cesser de croire. La vieillesse, elle-même, vieillit, et le temps, lui-même, s’abîme.

Ces fragments ne font pas une constellation. Quelqu’un, au-delà, gomme les traits.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search