Amours évidées

L’homme acculé, à deux voix qui sonnent comme des consonnes pleureuses ;

L’homme acculé, à la montagne des pardons qui roulent, amassent les larmes comme le sang les chapelles des murins.   

L’homme acculé, un tant soi peu honnête, dans le désert étend Satan, trouve les rivières nébuleuses au-delà des crétins trépassés. L’homme acculé, dandy à la chemise rouille, sale la race de sa traine.

L’homme acculé, cadavre poussiéreux, il flingue, c’est dérisoire, le ver solidaire dans les bronches. La maille bleue et la veste brune, ce sont les doléances de l’homme éculé, à la moue bizarre comme les ponts belges, le pantalon troué bécote le sable. Dans le mirador, ça se pointe, les canailles l’ennuient et conspirent à l’enduire.

L’homme acculé, tu vois, c’est un saltimbanque à la mine horrible.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search