Lettres de Liège

Le miracle éternel de Stagire

La poussière des planètes recouvre ses yeux, il bâille et aspire des radeaux de matière, des bourgeons jusqu’aux esquisses d’une nature malicieuse des formes. Son imagination saille du cuir des placides du Jurassique, dans les quatre-vingt-six mille quatre cents secondes d’un nycthémère. La nature assemble des atomes comme nous débordons de la trame de nos rêves, elle mélange par inadvertance comme l’enfant royal fait voltiger les pions. Souviens-toi ô miracle éternel de Stagire, l’harmonie naît d’une cacomorphie et chacun vient du chaos pour qu’en tous survive l’inertie initiale. Chacun naît et meurt dans la béance, chacun naît et meurt d’un mouvement de trop.    

Allant aux lieux les atomes de l’éphémère s’effritent, les cuirs placides s’endorment dans les linceuls d’un météore ; allant aux lieux l’homme nomme à rebours ce qui n’est plus. La nature surgit toute vêtue du temps car sur la matière s’incrustent des rides pour nombrer le mouvement de l’antérieur et du postérieur ; allant aux lieux nés des chroniques des pierres le poète désigne la séparation du seul corps et du seul visage. Souviens-toi ô miracle éternel de Stagire, l’humanité vit immortelle là où les heures mordent le néant. Souviens-toi, chacun naît et meurt dans la béance, chacun naît et meurt dans les vers du poète, carmen perpetuum.  

Désormais les dents plongent dans les sols et les cheveux s’entourent comme des nuages, entre les deux butent les horizons vides encadrés de lignes droites, de cairns et de collines. Au hasard de la route échouent des navires dont les os et les carcasses s’enfoncent aux abîmes de la vérité. Car sache-le, enfant des poètes, jamais ne se tiendra devant toi la solaire Mnémosyne ou les chairs fluviales d’Aléthée. La nature perçoit les métamorphoses juchée sur des formes, et il convient aux poètes d’imaginer, de montrer et d’élargir les chroniques changements du monde.

Voici ta deuxième leçon : crachent des radeaux la peau fait des vagues. L’air devient un cri, inspiré par mon génie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search