Au centre,

Se tient le chaos, car il fallait quelque chose entre le Tout et le monde, entre le toujours déjà-là et l’harmonique corrélation, entre l’indétermination du non-temps et le devenir de l’être. Ce monde-là ne signifie pas la totalité des choses existantes, il contient de la forme et de l’être. Ainsi, naît le monde, se dessinant avant tout dans le mouvement du vivant, ce qui devient et meurt, ce qui possède une forme, la forme du vivant.

Au commencement est le temps, à l’origine était le monde, dans le mouvement du vivant, et jusqu’à l’existence de l’être. Le premier est perceptible, le second échappe à la saisie. Si le monde naît du vivant, en lui réside aussi le rien. Il naquit au même moment que le vivant, venant du Premier temps et acquérant par lui le mouvement. Il paraît imperceptiblement et constitue le lieu d’existence de l’être, qu’il s’agisse de l’être du vivant ou de l’être du monde. Car le monde, déployant son espace par son mouvement et son temps, englobe le vivant lui-même. Ainsi, quand nous disons que le monde possède une forme, la forme du monde, cela comprend le vivant.

D’un côté, le monde devient jusqu’à la mort, possédant son propre mouvement. De l’autre, il existe un être du monde ayant comme lieu d’existence le rien. Pourtant, on ne peut pas dire que le rien possède une forme, car une forme ne peut être sans rien. Le rien, parce qu’il naît du Premier temps, est le lieu de résidence de l’être du Premier temps, car lui-aussi possède un être au même titre que le vivant et le monde, même si ce temps-là ne possède pas une forme. Ainsi, le monde possède une forme, la forme du monde, et un être en résidence dans le rien, l’être du monde. Nous l’avons dit, le rien est issu du Premier temps et possède un mouvement, faisant advenir un espace. Pour cette raison, l’être possède lui-aussi son mouvement. Ainsi, si le mouvement correspond à ce qui va et devient, nous pouvons dire que la forme et l’être se meuvent tous les deux, même si l’un est perceptible et l’autre imperceptible. La forme va et meurt, devenant éternelle, tandis que l’être va, comme le Premier temps, en tant qu’immortel et infini.

Ainsi va le monde, fossile, né et s’achevant comme tel. Car la forme demeure dans l’éternité, et de cet inconnu enterré, nous entreprenons de chercher les traces. Quand les mondes roulent jusqu’à la mort, l’éternité témoigne.

Quand émergea le monde, issu du mouvement du vivant, il l’engloba et les planètes elles-mêmes furent considérées comme les formes d’un ensemble plus grand. C’est à la mesure du monde que lui-même se fait, d’un côté, le devenir de la forme du monde et, de l’autre, le devenir de l’être du monde. Pour cette raison, quand il devient et meurt, l’être persiste selon son propre mouvement. Le monde contient du rien, en tant que lieu d’existence de l’être. A l’origine est le Premier temps, car le monde ne peut se mouvoir sans rien. Si les choses peuvent être distinguées, elles ne peuvent être séparées, car l’un vit dans l’autre, l’autre vit à cause de lui, toujours d’une certaine manière.

Le vivant, contenu dans le monde, le monde lui-même vivant, forme une harmonique corrélation. Si de cette liaison naquît la vie, le vivant existait avant, car la vie a besoin de cet espace que le vivant lui donne. La vie habite dans un monde déjà-vivant. Ainsi, le temps a donné aux astres la mort en partage, mais le vivant et le monde font affleurer la vie. Là, elle se répand, trahissant son existence dans l’énergie qu’elle déploie. Si le vivant déploie son mouvement, la vie s’affirme comme mouvement énergétique.

Le Premier temps continue, les planètes cessent de rouler et les astres s’endorment. Les chemins restent les mêmes et le Tout, toujours déjà-là.

Ainsi va le monde, fossile, né et s’achevant comme tel.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Paul-Antoine Colombani (29 mai 2020). Au centre, Le mythe grec et le jeu vidéo: enjeux philosophiques et poétiques. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpvu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search