Au commencement,

Tout, toujours déjà-là. Au commencement est le temps, car rien ne peut se mouvoir sans lui. Vient le temps, et son mouvement fait advenir le reste. A la périphérie du Tout se tient le chaos, si le Tout n’a pas de temps, hors de lui, il est un espace, un territoire avec ses mille chemins qui partent et vont, continuent et s’arrêtent à la frontière, là où demeure le chaos, là où le temps et l’espace se mélangent, vivent en désordre et se touchent sans s’unir. Au commencement est le temps car, avant lui, rien ne commence ni ne finit, rien ne débute ni n’a de but. Il allait en errant, faisant des mouvements qui bâtissent l’espace dans lequel deviennent les choses, car il faut bien un lieu pour qu’elles existent. L’espace prenait, ainsi, la forme de territoires et les mille chemins purent se joindre ; ce que nous appelions “géographie de l’errance”. Pourtant, le Tout restait hors-d’atteinte, il aurait fallu que le temps se fige. Nous ne pouvions percevoir que des éclats, car le temps reflétait ses chemins vers le Tout.

Ainsi, furent le temps et l’espace, le second né du premier, mais existant déjà dans le Tout, dans cet ensemble hors-d’atteinte. Mais les chemins, s’ils existaient bien, devaient être parcourus. Et le temps, par son mouvement, créa les astres errants.

Ainsi naissent les planètes, elles sont l’œuvre des égarements créatifs, et exécutent des mouvements cycliques et réguliers qui font émerger des formes. Pourtant, elles ne sont pas nées du temps lui-même mais de son mouvement ; pour cette raison, elles ne peuvent être dites ni immortelles ni infinies. Si le temps ne peut mourir, car il est la mort elle-même, en générant les planètes il leur donne la mort en partage. Si elles sont éternelles, elles ne paraissent ni immortelles ni infinies.

Les planètes, les premières, formèrent ce que nous appelions le “vivant”. Le vivant n’est pas ce qui possède le mouvement en lui-même, car le temps a le mouvement mais ne peut être dit vivant. Est vivant ce qui est né du mouvement que fait le temps, ce qui peut exécuter son dernier mouvement, qu’il le choisisse ou que cela arrive sans qu’il ne le décide. Ainsi, les astres ne peuvent s’arrêter tout seuls mais, un jour, cesseront d’errer, et tout ce qui est vivant comme eux cessera à son tour de se mouvoir.

Le mouvement du temps doit être considéré comme infini et immortel, alors que celui des planètes s’achève. Elles réalisent un dernier mouvement avant de s’éteindre mais n’échappent pas, pour autant, à l’emprise du temps. Si elle meurt, l’éternité des formes du vivant correspond à une existence désormais dans le temps. Les planètes constituent le vivant, le vivant est ce qui possède une forme éternelle, donc les planètes possèdent une forme éternelle. C’est le devenir de la forme qui trouve sa fin dans un dernier mouvement, alors que l’être devient sans mourir. Cela ne veut pas dire que les astres morts retournent dans le temps, mais, dans la mort, ils retrouvent l’éternité qui les fonde. Ainsi, le vivant, pour l’instant les planètes et les astres, jaillissent du temps et en font émerger un nouveau qui, dans son mouvement, laisse des marques, ce qui est l’espace. L’espace naît à la mesure des mouvements de ce temps-là, et s’agrandit ainsi jusqu’au dernier des mouvements. Pourtant, si on peut dire que les astres sont possédés par le mouvement du temps, celui qui les conduit jusqu’à la fin, elles possèdent leur propre mouvement, et ainsi leur propre temps. Comme il ne s’agit pas du même, nous les nommons respectivement “Premier temps” et “temps du vivant”, chacun possédant son mouvement faisant advenir un espace.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Paul-Antoine Colombani (23 mai 2020). Au commencement, Le mythe grec et le jeu vidéo: enjeux philosophiques et poétiques. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpvt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search