Amours mondanisés

Les limites de la pensée coïncident-elles avec celles du monde ?

Aux énigmes incommensurables du vivant, l’homme n’a prêté que sa science dominatrice, et l’improbable ti esti trouve dans l’individu, désormais muet, une réponse finie. L’Eusyn coule entre les doigts du contemplateur, assagi par la panse grotesque que forment ces mondes. À califourchon, chacun contente ses sens. De la nature galopante, il ne retient que les sons charismatiques ; en les entendant se contient toute son humanité. Quelquefois, il dessine, sans créer pourtant. Aussi habile de son pinceau, il produit des jolis bourgeons. Si rien n’est fleur, tout parvient à la mort. Aux amours mondanisés, il fallut se résoudre.

Celui qui voit bien prête aux nuages la pluie fine et douce. Celui qui sait tombe des nues. Celui qui sait dresse sa voilure. Aux mers calmes, il faut préférer les vents tempétueux. Hâtez-vous, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier dressez vos nuées. Cachez sans cesse, sous la brume, sous les voiles, jusqu’à ce que la lumière découvre en vos ombres l’âme de la poésie.

Si l’entropie lui a appris à terrasser le démon théologique, sa condition soigne ses yeux aguerris. Au consumérisme, il jette la première pierre. Mais ce que l’individu prêche, c’est un convaincu, somme toute un imbécile qui a perdu. Son aveuglement le rendrait plus sage : disant savoir qu’il ne sait rien, il ne sait pas être ignorant – se rééduquant aux mondes, traversant la lumière éblouissante que produisent ses yeux à lui-même.

Celui qui voit bien prête aux nuages la pluie fine et douce. Celui qui sait tombe des nues. Celui qui sait dresse sa voilure. Aux mers calmes, il faut préférer les vents tempétueux. Hâtez-vous, et sans perdre courage, vingt fois sur le métier dressez vos nuées. Cachez sans cesse, sous la brume, sous les voiles, jusqu’à ce que la lumière découvre en vos ombres l’âme de la poésie.

Qui del mondo è la mèta :

Qui si termina il tutto, e qui s’ammira

Il miracolo eterno di Stagira.

Ici tout se termine, ici on admire le miracle éternel de Stagire.

Rappelle-toi Étranger, son cosmos tient sur quelques étagères. Rappelle-toi Étranger, tu portes en toi le monde des nuées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search