“Essayez la démocratie”

De toutes les opérations de la raison humaine, nulle n’est plus difficile, nulle plus digne de louange que l’élection : car l’élection est le propre de l’homme qui fait usage de son jugement, et le bon choix est le propre de l’homme prudent – et plus le choix est incertain, plus grande sera la prudence dans l’élection. 

Le Tasse

On ne cite que les meilleurs. C’est un vieil adage qu’on ne peut que regarder ce qui occupe nos horizons et nos verticalités. En somme, ce qui se déploie dans tout l’espace et empêche l’inconnu de se tendre devant nos yeux. C’est en se hissant sur une colline qu’on voit se dresser un peu plus de réalité. On s’est étonné, quoique nous fûmes habitués, à une invective récente sur la démocratie. On s’étonnera moins de savoir qu’elle fût prononcée dans un avion, loin du champ terrestre du politique, plus près en revanche du ciel des Idées. En fait, tout a été probablement dit sur cette phrase, sur quelques mots qui se voulaient aussi percutants que l’est une pierrette dans une chaussure. Ça ne fait pas mal mais c’est gênant, et notre démocratie connait assez de démons et de malfaçons pour que cette phrase rejoigne définitivement les poubelles de l’anecdote. Pourtant, elle est encombrante car elle tend une réalité, une sorte d’horizon mondain – voilà ce qu’est le monde ! Pour le dire autrement, elle fait prendre des vessies pour des lanternes.

On devrait se résoudre à ne jamais commenter l’actualité : ce qui, actuellement, occupe nos esprits. Pour la raison évidente que ce qui est momentané n’a pas encore laissé une trace dans l’histoire, parce que rien ne prouve que tous les instants, toutes les actualités, le feront, sont nées et existent pour le faire. Si la société est toujours historique, fondée et imprégnée d’agrégats choisis et imposés dont nous disons qu’ils forment une history et une story, l’actualité n’a aucune consistance en elle-même pour devenir l’un ou l’autre, l’un et l’autre. Avant tout, l’actuel est éphémère. Nous savons que chaque société possède une forme particulière et singulière. Elle est un système d’interprétation du monde, ce qui implique dans notre cas une formulation spécifique du présent, du passé et du futur. C’est dans le temps que se mettent à émerger et exister les différentes formes d’une société, précisément sur le champ terrestre du politique, ce qui n’occulte pas le ciel des Idées mais le tient à bonne distance. Dans l’activité pratique, conditionnée par l’acheminement des événements, aussi bien cyclique que linéaire, le politique s’inscrit dans une dimension actionnelle et historique, c’est-à-dire que l’action menée (quelle qu’elle soit et d’où quel soit) définit, à la fois, le politique et l’historique. Au contraire, l’actualité et l’actuel ne sont pas le présent devenant, à l’instant, passé et historique. L’actualité se tend jusqu’à devenir, potentiellement – et à rebours – de l’history. En l’état, pendant la durée de son existence elle est, et reste, anhistorique. Pour le dire simplement : il faut impérativement disjoindre l’actualité, ce présent anhistorique, de ce qui fonde le politique, c’est-à-dire l’activité et le mouvement – une esthétique de l’action. À nos sociétés, reprochons au moins cela : d’avoir fait de l’actuel autant son poumon que son cœur, autant ce qui tient une communauté ensemble que ce qui refrène l’émergence d’autres formes, d’autres organisations. Une bonne respiration n’est pas cadencée ni mesurée, elle s’emballe, souvent, et ralentit à d’autres moments. Dans ce souffle, l’homme éprouve sa prudence, non pas un principe de précaution, mais la sagesse pratique de ceux qui voient plus loin que le présent. En somme, l’actualité politique n’existe pas : le premier engendre une inertie, tandis que le deuxième s’inscrit dans l’action, dans des opérations et des transformations. Pour cette raison, l’actualité est anhistorique et le politique, historique.

Pour l’instant, on se contentera de rappeler que le sophisme du pire est décidément une bien étrange manière de parler de la démocratie. Car ce n’est pas tant la caricature de la dictature qui fait peine à voir que celle d’un régime autrement plus équivoque. Car il n’y a rien, dans la phrase prononcée, qui ne fasse penser à la démocratie mais impose, au contraire, une forme de réalité démocratique. La réalité démocratique n’est pas ce que la démocratie est, elle définit ce que nous acceptons d’en percevoir, d’en obtenir et d’en faire dans le champ des possibilités politiques instituées. Définitivement, le pouvoir appartient à des experts patentés, de ceux qui dégorgent une pensée objective. L’objectivité qualifie notre résidence dans un objet existant, dans le parc délimité et cadenassé des réflexions autorisées et imaginairement possibles ; la subjectivité suppose, au contraire, une suspension de crédulité, c’est-à-dire simplement notre capacité à sortir d’un cadre institué, à s’extraire d’un versant social afin d’en construire un nouveau. En somme, la contestation, aussi positive soit-elle, ne constitue que l’une des façades d’un système existant, d’une réalité. Je ne conçois pas la contestation téléologiquement, au mieux comme un point d’appui à l’émergence d’une société nouvelle qui ne devra jamais faire du rejet d’une forme existante la preuve de son existence, encore moins son fondement ou sa vitalité. Dans notre réalité démocratique, la contestation est autorisée car sa finalité (telos) est presque nulle, son but, au contraire, est de nourrir et de permettre à un système existant… d’exister.

La démocratie, doit-on le rappeler, offre aux citoyens le pouvoir autonomique et, par extension, décisionnel. Le pouvoir ne se définit pas dans ce que vous pouvez faire, mais de ce que, librement et avec prudence, vous décidez de faire. Notre crise de la démocratie s’apparente plutôt à une crise du pouvoir : les responsabilités que s’octroient les hommes, le contrôle réciproque, la conciliation (philia) et ce méli-mélo incessant entre les enjeux publics et personnels. Imaginer que la crise de la démocratie n’est qu’institutionnelle, se réglant simplement par un changement de République, est un pis-aller. Ce qui nous traverse – à défaut de le traverser nous-mêmes – ressemble à une tempête où les calmes réguliers deviennent des épiphénomènes – les yeux du cyclone. Pourtant, c’est bien là, dans une forme encore embryonnaire et presque paradigmatique que se fonde notre nouvelle démocratie, celle qui s’accommode assez bien des instabilités et est intrinsèquement agonistique, en conflit avec elle-même, avec ses membres et ses propres structures. Toute son existence dépend précisément de sa capacité à se détruire et se reconstruire. La démocratie naît et meurt à chaque instant, fondamentalement politique et historique. Ce que nous vivons actuellement, toutes les revendications citoyennes exprimées dans les cités (polis) réelles et virtuelles, témoignent de notre bonne santé commune, d’une refondation des enjeux décisionnels. Les exigences formulées à l’État, celle d’une restructuration du rôle du citoyen ou d’une reconquête du pouvoir, ne s’apparentent aucunement à un dérangement psychologique. Disons que nous sommes sains parce que nous créons de l’instabilité. Disons qu’une démocratie bien ordonnée, enfermée dans ses certitudes, témoigne au contraire d’une malignité. Ceux qui militent pour l’ordre sont malades, ceux qui luttent vers ce nouvel horizon inconnu se portent bien.

Ce qui définit la démocratie, avant même son étymologie, est l’autonomie de ses citoyens – du corps au cœur. Nous devenons du pouvoir et nous nous extirpons de la boue originelle que forment les lois, l’ethos, et les institutions données par des hommes et des traditions, jamais une fois pour toutes par quelqu’un d’autre. L’hétéronomie – nous le savons depuis Kant – asservit les peuples, c’est-à-dire une dépendance à des lois qui proviennent de l’extérieur. C’est bien cela, nous louons un monde : nous ne sommes pas simplement dominés ou exploités, nous payons de nos vies le droit d’arpenter une société qui, jamais, ne nous appartiendra ; dans laquelle les mythes, les religions, les lois de l’histoire et de l’économie, la fiction, forment un formidable étau. Sans oppression, sans haine ni violences apparentes – si ce n’est pour ceux qui bâtissent les autre-mondes – nous sommes écartelés par des structures déjà-là. L’être-au-monde prend ses fonctions : aucunement ses droits et ses devoirs, simplement des obligations, dans une réalité dont il ne sait rien, dont les a priori kantiens sont autant d’œillères, des (pré)connaissances indépendantes de l’expérience que l’homme doit en faire. Rien n’est plus dangereux que l’Idée de démocratie, celle imposée avant même que nous nous essayâmes au jeu politique.

Pour cette raison, “essayez la démocratie” : seul régime capable d’insuffler de la création dans chaque instance, dans chaque structure, dans chaque élément du vivant et du non-vivant, dans le temps et jusqu’à ses propres fondations. Pour cette raison, “essayez la démocratie” : seul régime instable. Pour cette raison, “essayez la démocratie” : seul régime dans lequel la condition humaine bat au même rythme que le politique et l’historique – du corps au cœur. Pour cette raison, méfions-nous de la stabilité qui gouverne. Pour cette raison, enfin, essayons la démocratie.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Paul-Antoine Colombani (27 janvier 2020). “Essayez la démocratie” Le mythe grec et le jeu vidéo: enjeux philosophiques et poétiques. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rpvh


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search